nom de stades

Fondatrice de Namae Concept, Bénédicte Laurent affirme que donner un nom à un stade ou à des nouvelles régions n’est pas une chose banale, et que La France ne maîtrise pas encore ce marché qui expose une certaine difficulté quant à son équilibre.

C’est par le biais de leur nom original et de leur place de l’église que plusieurs villages font leur renommé, sans ne citer que Plurien, Nouillorc ou Vatan. Un nom exprime l’histoire, les paysages et les stratégies dont un lieu, une place, une ville, un département ou une région s’imprègne.

Lors des élections départementales avec la communion des régions, tout peut changer et même que le positionnement politique en subira des conséquences, en mal ou en bien.

Donner un nom, que ce soit à une chose, un être vivat ou à un territoire, c’est donner forme et existence.

Un acte à ne pas prendre à la légère

Certains pourraient penser que donner un nom est facile, mais il ne faut pas oublier qu’un territoire s’exprime avec le nom dont on l’a affecté. Celui-ci mettra en valeur ses valeurs. De ce fait, choisir un nom et y procéder sont donc deux éléments qui doivent être réfléchis et travaillés.

Tel un système complexe raccordant une délimitation géographique, administrative, institutionnelle et culturelle, le nom d’un lieu ou un toponyme se forme comme un blason sur un étendard.

Les noms des toponymes urbains correspondent à la vision politique, les valeurs universelles, les apolitiques, ou les moments d’histoire. Aussi, c’est une autre façon de représenter au mieux l’activité de l’endroit, ainsi que le message à véhiculer.

De nos jours, « NAMING », une nouvelle tendance, mariant économie et urbanisme, fait son essor. Ce concept commercial vise à nommer un stade. En France, cette opération progresse sur les infrastructures sportives, mais ralentit un peu malgré la crise économique. Même aujourd’hui, on peut le voir avec le futur stade de Lyon où les propositions financières sont les plus sollicitées, qu’au choix du nom qu’il portera ou des valeurs que l’Olympique Lyonnais veut transmettre.

La France s’accroche à la tradition

Attachés à la tradition, les Français, avec sa culture rattachant Histoire, valeurs et lieux dans son patrimoine, sont loin de parvenir à ce succès commercial que les pays anglo-saxons profitent.

Toutefois, un changement s’opère en ce moment pour mettre en valeur ces nouvelles tendances tout en soignant une harmonie.

Comment choisir les noms des futures régions ?

Il est assez difficile de nommer les nouveaux territoires régionaux. Pour ce faire, il faut penser à un nom où se conjuguent distinctivement lieu de rendez-vous de plusieurs familles, cultures et Histoire.

Cette démarche ne doit pas être prise à la légère, et c’est pour ce la qu’il est essentiel que les responsables régionaux se consacre à établir des phases de choix et de transitions bien soignées et bien conçues.

Choisir un nom termine une suite et marque la fin et l’instauration, célébré en général généralement par une inauguration lors de laquelle le nom est déclaré. Cette procédure est, dans le plus grand nombre de cas, prise à la légère et mal élaborée.

L’improvisation comme les décisions assez collégiales ne peuvent pas toujours suffire. Un nom relate le passé et projette l’avenir. Il reflète aussi le contexte géographique et socio-culturel.

Aujourd’hui, choisir un nom pour les nouveaux territoires, une nouvelle école, un nouveau square et toute autre entité territoriale, est l’occasion rêvée pour mobiliser la population, tout en leur accordant une pratique qui garantit la réussite.

La campagne des noms des places, des régions et des stades

Post navigation


Laisser un commentaire